Technique

Accueil - Dessin animalier (Laine feutrée) - Portraits - Livres Souvenirs - Divers - BLOG

Le feutrage se fait à partir de laine cardée, autrement dit nettoyée, débarrassée de ses impuretés, lavée, teinte et peignée. Le principe consiste à emmêler les fibres de la laine afin d'obtenir une texture plus ou moins serrée, du floconneux jusqu'au compact. On peut le faire en frottant avec de l'eau chaude savonneuse, ce qui permet principalement d'obtenir des surfaces à usage textile ou décoratif; je préfère le faire à l'aiguille, technique plus adaptée au modelage et aux détails précis.
Pour ce faire j'utilise des aiguilles spéciales qui sont finement barbelées. En piquant dans les couches de laine les barbelures accrochent les fibres et les emmêlent avec les autres, amenant ainsi petit à petit la matière à se compacter et à se modeler selon la direction et la densité du piquage. En superposant des "nuages" de laines de teintes différentes, je peux obtenir des nuances et des dégradés qui permettent de pallier la faible diversité des teintes proposées.
Cette technique peut s'appliquer en piquant sur une forme en matériau tendre, du polystyrène par exemple, ce qui peut représenter un gain de temps et de poids fort appréciable. Pour réaliser ces grandes têtes d'animaux (entre 30 et 40 cm de haut, tout compris) je réalise une base en polystyrène extrudé. C'est une matière facile à trouver, à sculpter, légère et assez dense pour supporter le nombre de coups d'aiguille que je vais lui faire subir. 
La scie à vibrations me permet de découper dans les plaques le profil de l'animal en deux ou trois exemplaires (selon l'épaisseur du résultat final souhaité) que j'assemble avec de la colle à bois. (Pour plus de rapidité on peut imprimer une photo de tête d'animal vu de profil et s'en servir comme patron pour la découpe)
Ce fil chauffant me sert à dégager les volumes de façon rapide.
La mini-ponceuse me sert à fignoler les détails du relief, principalement les parties en creux.
Voici deux profils assemblés.
Les principaux volumes sont petit à petit dégagés avec le fil chauffant. (Sur cette photo on voit que j'ai décidé d'allonger le cou en ajoutant des morceaux de polystyrène)
Les creux (joues, commissures des lèvres, contours de l'œil) sont indiqués avec la ponceuse et l'ensemble est rapidement égalisé avec du papier de verre fin.
A ce stade, j'ai recouvert la structure de base avec de la laine blanche et beige (pour le museau, les cornes et de le dessus de la tête).
Maintenant je peux commencer les détails: les naseaux, les lèvres, les yeux, la bosse du front et augmenter le volume du menton.
La girafe est presque terminée, les taches sont en place, la première oreille a été réalisée à part et mise en place par la suite par piquage.
Derniers petits détails: la crinière, un petit point blanc sur la pupille pour animer le regard et la deuxième oreille (même si on ne la voit pas sur la photo...)
Une phase souvent assez longue: choisir les papiers qui serviront pour le boitage ultérieur réalisé en carton (matériel pour encadrement).
La tête de girafe terminée et encadrée.